Rem-Pli

REM-PLI 

See the installation >>>

Je me promenais le long de la rue avec des amis alors que le soleil se couchait. Le ciel soudain s’est teint d’une couleur rouge sang, je m’arrêtai, et m’appuyai, épuisé à la rambarde sous le fjord noir azur.

Sur la ville, il y avait du sang et des langues de feu, mes amis continuaient à se promener et moi je tremblais de peur et je sentais qu’un grand cri infini envahissait la nature ». 

1893, le cri silencieux de Munch anticipe tous les grands thèmes de l’expressionnisme. L’angoisse existentielle, la crise des valeurs éthiques et religieuses, la solitude humaine face à la mort inévitable, l’incertitude du futur, la déshumanisation d’une société bourgeoise et militariste. Vingt et un ans après, explose la première guerre mondiale. En 1936-1939, la guerre civile en Espagne, déclenchée, par le dictateur Franco. En 1937, Picasso, peint « Guernica », ville détruite par les allemands au service des franquistes. Le cri de Munch rejoint alors, les angoisses de Dix et Grosz qui dénoncent le militarisme et la bourgeoisie de l’Allemagne nazi. Nous sommes à la deuxième guerre mondiale. Camps d’extermination, l’affirmation de la race élite, l’occupation de l’Europe et la contamination de la démocratie par les alliés. Six août 1945, les américains larguent la première bombe atomique sur Hiroshima. Cent quarante mille victimes.  Neuf août 1945, la deuxième bombe atomique frappe Nagasaki. Septante mille victimes.  1954-1975, la guerre du Vietnam soutenue fortement par les Américains en 1962 avec leurs armes chimiques et bactériologiques.  A San Fransisco, le 13 octobre 1955, à la galerie Six, Allen Ginsberg récite son cri de rage qui ne tombera jamais dans l’oubli. Une critique virulente du rêve américain frappe ses auditeurs. Un choc. La « beat generation » devient le symbole de révolte d’une jeunesse anti militariste qui découvre l’étrange Ginsberg et ses étranges amis, pionniers du mouvement beatnik auquel le « free Jazz » né plus ou moins en même temps en accueille les notes.  Quelques mois plus tard et exactement le premier décembre 1955 Rosa Parks refuse de céder sa place à un blanc dans l’autobus à Montgomery (Alabama). Martin Luther King hurlait « I have a dream ». Il reçoit le prix Nobel de la paix en 1964 et quatre ans plus tard, il est assassiné à Memphis.  En même temps, au Proche Orient, Moshe Dayan est engagé dans la guerre des six jours…….. ensuite l’ex-Yougoslavie, l’Irak, l’Afghanistan, le Rwanda etc. Le cri de Munch continue à nous submerger désormais quasi sans aucune conséquence. Nous sommes devenus insensibles et c’est pour cela qu’aujourd’hui je voudrais redonner énergie à ces cris afin que nous n’oubliions jamais bien au contraire…. Une fois pour tout, nous prendrons finalement la main de l’autre et ensemble, marcherons dans cette aventure qu’est la vie. Mais nous rêvons encore. 

Rino TELARO 

 

REM-PLI 

I walked along the street with friends whereas the sun lay down. Sudden the sky was dyed of a red colour blood; I stopped, and supported me, exhausted at the balustrade on the black fjord azure. On the city, there was blood and tongues of fire, my friends continued to walk while I was trembling of fear and I felt that a great infinite cry invaded nature ". 

1893, the silent cry of Munch anticipate all the broad topics of the expressionism. Existential anguish, the crisis of the ethical and religious values, human loneliness vis-à-vis with inevitable death, the uncertainty of the future, the dehumanization of a middle-class and militarist society. Twenty and one years after, explode the First World War. In 1936-1939, the civil war in Spain, started, by the dictator Franco. In 1937, Picasso, painted "Guernica", city destroyed by the German at the service of the pro-Franco ones. The cry of Munch joined then, the anguishes of  Dix and Grosz which denounce the militarism and the middle-class of a Nazi Germany . We are on the Second World War. Death camps, the assertion of the elite race, occupation of Europe and the contamination of the democracy by the allies. August six, 1945, Americans release the first atomic bomb on Hiroshima. Hundred forty thousand victims. August nine, 1945, the second atomic bomb strikes Nagasaki. Seventy thousand victims. 1954-1975, the war of Vietnam strongly supported by the Americans in 1962 with their chemical and bacteriological weapons. In San Francisco, October 13, 1955, in the gallery Six, Allen Ginsberg recites its cry of rage which will never fall into oblivion. A virulent criticism of the American dream strikes its listeners. A shock. The "beat generation" becomes the symbol of revolt of an anti militarist youth which discover the strange Ginsberg and its strange friends, pioneers of the movement beatnik to which the "free Jazz" born more or less at the same time welcomes the notes of them. A few months later and exactly on December first, 1955 Rosa Parks refuses to yield its place to a white man in the bus in Montgomery (Alabama). Martin Luther King howled "I have a dream". He receives the Nobel Prize of peace in 1964 and four years later, he is assassinated in Memphis. At the same time in the Close East, Moshe Dayan is engaged in the six day war........ Then the ex- Yugoslavia, Iraq, Afghanistan, Rwanda etc. The cry of Munch continues to submerge us almost without any consequences. We became insensitive and it is for that reason that today I would like to give again energy to these cries in order  to never forget, on the contrary,.... Once for all, we will take finally the hand of the other and together, will walk in this adventure which is the life. But we still dream.  

Rino TELARO 

 

thought

Qu’il s’agisse de propositions politiques, ontologiques ou purement esthétiques, Rino Telaro vise toujours le dévoilement d’un espace ouvert. Aussi observe-t-il quelque contradiction à s’enfermer dans la catégorie de peintre ou même d’artiste. Il s’agit plutôt d’un questionnement qui ne pourrait en aucun cas se refermer ou se figer sur l’une ou l’autre production.


News

Manifesto Brut

"Next exhibition"

LONDON BIENNALE 2014

"Pollination"

 

Read more...

By A Web Design

Go to top